Cyberattaque: trouver le bon partenaire pour se défendre

elca 5.5.22

Mais que fait la police en matière de cybersécurité? Que font nos forces de l’ordre et nos autorités pour nous protéger, alors que les cyberattaques se multiplient et que le grand public découvre l’ampleur du phénomène. Absolument plus personne n’est à l’abri et la récente attaque, qui touchait des données de santé de privés, dans des cabinets médicaux neuchâtelois, a frappé les esprits.

La réponse à cette question a été donnée au dernier salon «Swiss Cyber Security Days», qui s’est tenu début avril à Fribourg. Et elle est simple: ne comptez pas sur la confédération pour se substituer à la responsabilité des cantons, des PME et des particuliers. Chacun est responsable de sa sécurité.

Est-ce que le 117 répond-t-il en cas de cyberattaque?

Pour prendre un parallèle concret, dans le monde physique, se protéger des voleurs, en fermant son appartement à clé, en renforçant son système de sécurité, en mettant un cadenas ou une caméra si nécessaire, est une affaire individuelle. Chacun, particulier, PME, administration ou association doit s’organiser. Chacun doit trouver aujourd’hui le meilleur moyen d’assurer sa cybersécurité. En revanche, en cas de cambriolage, dans la vraie vie, les personnes victimes appellent la police, qui répond présente. Mais qui contacte-t-on en cas de cyberattaque? C’est la question prioritaire, à laquelle il faut penser dès maintenant, pour éviter des ennuis en série. Est-ce que le 117 répond-t-il en cas de cyberattaque?

Chacun doit s’organiser sans compter sur l’état

La Berne fédérale s’est dotée de plusieurs centres de compétence forts pour lutter contre la cybercriminalité et la cybermenace. Le département des finances d’Ueli Maurer, présent au salon Swiss Cyber Security Days de Fribourg, chapeaute le Centre national pour la cybersécurité (NCSC). Du côté militaire, l’armée œuvre depuis quelques années maintenant à la création d’un commandement cyber, opérationnel en 2024 et un premier bataillon de spécialistes a été créé. Il est important de noter que ces organisations militaires auront comme première préoccupation de protéger l’infrastructure du DDPS et ne seront pas à disposition pour répondre à des besoins civils en priorité. Par ailleurs, plusieurs cantons, à l’image de Genève ou du Jura, ont renforcé leurs effectifs d’agents consacrés à la cybercriminalité ou ont monté des structures ad hoc. Fribourg a nommé un commissaire à la sécurité numérique.

Ceci est, certes, un bon pas en avant. Les pouvoirs publics sont donc en train de s’organiser. Mais il est à supposer que ces quelques effectifs supplémentaires ne suffiront pas a tenir le flux grandissant des demandes. Le 117 du numérique risque de «sonner occupé» pendant quelque temps encore.

Une PME sur quatre en Suisse a déjà été attaquée

Mais qu’en est-il des PME, les victimes les plus fréquentes du piratage ? Les tentatives d’intrusion enregistrées par les entreprises helvétiques ont bondi de 65% par rapport à 2020, selon des chiffres publiés dans le Temps par le spécialiste californien en sécurité informatique Check Point Software. Selon de récentes études de marché, une PME sur quatre en Suisse, a déjà été attaquée, parfois avec des conséquences fatales. Les attaques par rançongiciel sont celles qui ont le plus augmenté. Les pirates qui auront crypté des systèmes informatiques, restituent les données contre une rançon, qui peut aller jusqu’à plusieurs centaines de milliers de francs.

Les PME suscitent en priorité la convoitise des voleurs de données. En réponse, des entreprises comme ELCA ont étendu leur offre. Elles proposent un accompagnement sur toute la chaine, de l’anticipation à la remise en place des systèmes, en passant par la protection et la défense.

Alors que faire? Se défendre c’est avoir un partenaire fiable

Les PME ne disposent pas des mêmes ressources, en termes financiers ou de personnels, que les grandes entreprises. Pourtant, elles possèdent elles aussi des données sensibles sur leurs clients, fournisseurs et employés ou des documents stratégiques, qui intéressent la concurrence. Les dangers de déstabilisation, liés aux cyberattaques, sont donc très grands.

Alors que faire? Il ne suffit pas d’installer un antivirus, firewall, backup, cryptage, etc. Il faut aussi mettre en place des processus complets de protection. Tout cela nécessite des investissements et des partenaires fiables, généralement extérieurs, car la plupart des PME n’ont pas d’équipes propres affectées à la cybersécurité. Ceci est compréhensible car ces spécialistes sont rares et leur maintien à bon niveau de compétence est couteux.

La difficulté réside à trouver la bonne approche et les bons partenaires. Les visiteurs d’une conférence telle que les Swiss Cyber Security Days se rendra à l’évidence de la difficile tâche du choix, au vu du nombre de prestataires spécialisés. Mais lequel choisir?

Une compréhension de cet écosysteme complexe

Ce partenaire doit avoir une compréhension claire de cet écosystème complexe, des menaces et des réponses possibles, sur toute la chaine de valeur de l’entreprise. Prendre le temps du choix du partenaire de confiance, de proximité, qui servira de coordinateur des autres spécialistes est une nécessité.

Le Groupe ELCA par exemple, fort de plus de 50 ans d’expérience dans la mise en place de systèmes complexes, est aujourd’hui en mesure de déployé l’éventail complet de cette chaine vertueuse, de l’anticipation à la restauration des systèmes rendus défectueux suite à une attaque. Au bénéfice d’une taille suffisante de spécialistes, le Groupe est en mesure de répondre au pied levé aux sollicitations des entreprises en difficulté.

Autant le dire tout de suite, cela a un coût, qui en vaut la peine, car une PME correctement protégée n’est plus rentable pour un hackeur. Il est donc fondamental que chacun prenne la cybersécurité au sérieux afin de ne pas allonger la liste des victimes.

Source: blog.letemps.ch

le clusis